AtMOsphères AMO

Collectif des AMO de Bruxelles/Traces de Rue et Atelier Belge des Travailleurs de Rue

Collectif des AMO de Bruxelles:

Depuis de nombreuses années, un collectif regroupant l’ensemble des AMO de Bruxelles tente de voir le jour avec plus ou moins de réussite. Outre la présence des AMO de Bruxelles, nous retrouvons également au sein de ce collectif le service ABAKA qui est un centre de crise et d’accompagnement pour adolescent(e) de 12 à 18 ans agréé en tant que Projet Pédagogique Particulier par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Malgré les difficultés de mise en place de ce groupe, celui-ci a tenu bon et  les réunions s’enchainent mensuellement depuis 2013.

Ces réunions sont des moments importants d’échanges et de réflexions sur nos pratiques et nos projets. Un des intérêts de ce groupe est qu’il se compose à la fois des directions mais aussi et surtout des travailleurs de chacun des services représentés.

Lors de cette année, le collectif s’est penché sur les questions suivantes :

  • La réalisation d’un diagnostic commun aux AMO de Bruxelles ;
  • La mise en place d’un groupe de travail sur la question des sanctions administratives communal ;
  • La réalisation et la finalisation d’un dépliant présentant les AMO ;
  • La réalisation d’une carte interactive ce présentation des AMO ;
  • Les questions abordées au CAAJ afin de soutenir les représentants des AMO au sein de ce Conseil ;
  • La mise en place en Belgique du plan garantie jeunesse ;
  • La mise en place d’un ROI propre au collectif.

 

A coté de ce travail, le collectif a également invité différents  partenaires afin de mieux connaître leur mode de fonctionnement et les synergies possibles. C’est ainsi que des rencontres ont eu lieu avec des travailleurs de SAJ ou encore le service de médiation de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

faj_newsletters_carte_interactive_amo_logo_collectif_amo

Traces de Rue et Atelier Belge des Travailleurs de Rue:

Atmosphères est membre de la fédération des travailleurs de rue depuis sa création en février 2013 (AG constitutive).

Pour rappel, la fédération des travailleurs de rue francophones à comme objectif de « promouvoir le travail social de rue qui vise à permettre aux individus et collectifs d’individus de sortir ou d’échapper à toute forme d’exclusion dans une démarche à visée émancipatrice. L’association promeut et défend la profession, la déontologie et l’éthique telles qu’elles sont définies dans la charte de l’association[1] ».

Elle poursuit la réalisation de son but par tous les moyens et notamment : « 

  • L’organisation de plénières et d’échanges de pratiques professionnelles
  • L’organisation de formations
  • L’analyse sur des expériences et réflexions de travailleurs sociaux de rue
  • La production d’écrits et de publications
  • Défendre la méthodologie du travail social de rue
  • Faire reconnaitre la spécificité du travail social de rue
  • Interpeler les pouvoirs publics et les responsables politiques [2] »

 

Outre les 7 ateliers d’échanges de pratiques réalisés, la fédération à organisé 3 modules de formation de 3 jours destinés aux travailleurs de rue souhaitant renforcer leurs capacités d’intervention et acquérir les compétences spécifiques au métier.  Un ancien travailleur d’AtMOsphères fait partie de l’équipe de formateurs.

Cette formation a pour objectif de proposer « …un espace de construction d’un savoir collectif garant de processus interactifs d’échanges d’expériences et de pratiques de terrain en travail social de rue afin de consolider une professionnalisation du métier par une approche qui vise l’intérêt des publics et leur émancipation. Il permet aux participants d’aborder les modes d’action du travail social de rue, sa spécificité méthodologique, sa mise en pratique et de les situer dans un contexte socio-politique.

Le module de formation de 3 jours est conçu comme un processus d’apprentissage qui alternera des moments de conceptualisation, de méthodologie et de réflexion individuelle et collective…[3] »

 

Une évaluation a lieu chaque année lors d’une mise au vert de 2 jours qui se déroule à la Marlagne.

L’objectif de cette mise au vert est multiple :

D’une part, c’est une évaluation des actions menées par la fédération durant l’année écoulée et les perspectives d’action pour l’année suivante.

D’autre  part, nous essayons de faire émerger des projets d’ordre communautaire afin d’interpeller les autorités politiques sur les problématiques récurrentes rencontrées sur le terrain. C’est un des axes de travail que nous voulons développer aujourd’hui au sein de la fédération et qui est mentionné dans la charte[4] de « Traces de Rue » dont les membres sont signataires.

 

traces

[1] Charte de Traces de Rue. Disponible sur : http://www.travailsocialderue.be/charte.html

[2] Statuts de Traces de Rue publiés au moniteur Belge 8 mars 2013

[3] Note explicative jointe au formulaire d’inscription du module de formation continuée réalisé par Véronique Martin : permanente – coordinatrice  de la fédération des travailleurs de rue francophones.

[4] http://www.travailsocialderue.be/charte.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *