AtMOsphères AMO

Jeunes en rupture: vers une citoyenneté effective

Dans la logique des programmes développés par la  Fédération Wallonie-Bruxelles, l’AMO AtMOsphères a lancé un projet permettant de promouvoir les initiatives de prévention du radicalisme et du bien-vivre ensemble.
Durant le mois de juillet 2017, cinq jeunes et une accompagnatrice ont pris part à un colloque international qui avait pour sujet « le nouveau paysage du terrorisme » à Bangkok. Ce colloque constituait la suite d’une conférence sur le même sujet et qui a eu lieu à Melbourne en février 2016. Une des conclusions tirées de cette première assemblée a mis en évidence la nécessité de prendre en considération la parole des jeunes sur la question du radicalisme violent. L’AMO AtMOsphères a estimé fondamental et nécessaire de donner la possibilité à plusieurs jeunes de prendre part à l’initiative.
Nous avons sollicité le Bureau International de la Jeunesse afin de mener à bien la réalisation de cette initiative. En effet, ce type d’expérience est un tremplin tant pour les jeunes que pour les travailleurs sociaux car les bénéfices sont nombreux notamment au niveau du renforcement de la confiance en soi et dans l’autre mais aussi pour briser les différents stéréotypes existants.
Bien évidemment, le projet englobe différentes phases à commencer par le rassemblement des jeunes pour échanger sur la question de Bruxelles, notre participation au cabinet citoyen organisé par les Ministres Rachid Madrane et Sven Gatz, la rencontre d’autres jeunes de quartiers différents, la mise en commun de témoignage de jeunes sur la citoyenneté et le radicalisme violent,etc…
De retour à Bruxelles, les jeunes et l’AMO ont eu l’envie de continuer sur cette lancée. La première idée a été de rassembler des jeunes pour partager leur opinion sur la situation des jeunes. Les thématiques déjà abordées:
  • La place du jeune dans notre société, dans son quartier.
  • L’appropriation de l’espace public et les jeunes.
  • (…)
Notre ambition est de porter la parole des jeunes/ de faire remonter la paroles des jeunes auprès des pouvoir politiques, des autres acteurs du secteur mais aussi auprès du grand public. En effet, nous pensons qu’en encourageant notre jeunesse à avoir un esprit critique et à prendre la parole pour échanger et communiquer dans un débat constructif, la société n’en sortira que grandie, renforcée et avec une meilleur cohésion sociale et donc, un meilleur vivre ensemble pour tous les citoyens.